Les cinq plus grandes faillites d’entreprises de l’Histoire

iphone-7-fonctionnalités
Les nouvelles fonctionnalités de l’iPhone 7
30 septembre 2016
Comment se sentir bien dans votre nouveau logement?
Comment se sentir bien dans votre nouveau logement?
7 novembre 2016

Les cinq plus grandes faillites d’entreprises de l’Histoire

faillites-histoire

On adore parler des plus grands entrepreneurs et de leurs succès et il est évidemment moins drôle d’évoquer les plus grosses faillites d’entreprises de l’histoire économique. Même le principe du « Too Big To Fail » n’a pas empêché certaines entreprises de s’écrouler totalement dans la banqueroute.

La crise des « subprimes » de 2007-2008 est bien sûr responsable d’un grand nombre de ces faillites. Je vous propose ici un tour d’horizon des plus grands empires qui se sont effondrés financièrement en parfois très peu de temps.

Enron : Même dans l’énergie, on peut faire faillite

Le géant américain, créé en 1931 et renommé Enron en 1985, fut l’une des entreprises américaines avec la plus grosse capitalisation boursière. Cette société texane était spécialiste dans le gaz naturel et avait créé tout un système de courtage par lequel elle achetait et revendait de l’électricité. Et pourtant, ce géant de l’énergie américain n’existe plus aujourd’hui.

En 2001, l’entreprise fut frappée par un scandale lorsque ses escroqueries ont été dévoilées. La faillite de l’entreprise s’explique par le fait qu’elle démontrait une croissance exceptionnelle de ses ventes tout en dissimulant l’explosion considérable de sa dette. Le 2 décembre 2001, l’entreprise annonce officiellement sa faillite et la perte de 65,6 milliards de dollars d’actifs ainsi que la dissolution de son auditeur Arthur Anderson, cinquième plus grande entreprise d’audit financier et comptable au monde.

General Motors : La plus grosse faillite de l’automobile

General Motors, entreprise créée en 1908 à Détroit et véritable mastodonte de l’industrie automobile américaine et mondiale contrôlait plus d’une quinzaine de marques automobiles en 2000. Avec un premier risque de faillite en 2005, la sentence tombe le 1er juin 2009, à la suite de la crise de l’automobile qui avait rendu impossible le remboursement des dettes accumulées.

L’entreprise qui détenait 91 milliards de dollars est placée sous la couverture du Chapitre 11 de la constitution américaine afin de nationaliser l’entreprise et la sauver de la banqueroute totale. Cette intervention de l’État américain permet à General Motors de se sortir de la plus grosse faillite d’entreprise du secteur automobile.

WorldCom : Les télécommunications à l’heure de la crise financière

Les plus grandes faillites d’entreprises sont souvent entachées de grandes fraudes ou escroqueries. WorldCom est fondée en 1983 par le canadien Bernard Ebbers dans le Mississipi et est introduite en Bourse en 1989. Mais, dès 2000 et afin de surmonter les difficultés de l’industrie des télécoms, certains cadres de la compagnie ont effectué des manipulations comptables frauduleuses pour masquer des pertes de revenus.

Avec des actifs de plus de 103 milliards de dollars, comme General Motors, l’entreprise est placée sous le Chapitre 11. La faillite de l’entreprise a conduit à un plan de restructuration en 2003 et à un changement de nom pour marquer le coup. WorldCom se prénomme donc désormais MCI.

Washington Mutual : Quand la sixième banque américaine s’effondre

Vous vous demandiez peut être quand est-ce que j’allais évoquer les faillites de grandes entreprises financières ? Vous allez être servis ! Washington Mutual était la plus grande caisse d’épargne des États-Unis. Créée en 1889, la société devient une institution financière 100 ans plus tard lors de son entrée en bourse au New York Stock Exchange. Bien évidemment, la crise financière de la fin des années 2000 a eu des répercussions énormes dans les faillites d’entreprises.

Le 26 septembre 2008, pour son 119ème anniversaire, la sixième banque américaine est placée sous la protection du Chapitre 11 alors qu’elle possédait des actifs de l’ordre de 327,9 milliards de dollars. L’entreprise est saisie en faillite et le transfert de ses actifs est ordonné vers son concurrent JP Morgan Chase par les autorités américaines.

Lehman Brothers : La fin du « Too Big To Fail » ?

Le numéro un des grandes faillites d’entreprises est sans surprise l’effondrement de Lehman Brothers. La banque d’investissement créée en 1850 a fait énormément parlé d’elle lors de sa disparition le 15 septembre 2008. Sa faillite a d’ailleurs lancé, selon les spécialistes, la crise financière mondiale née de la crise des « subprimes ». Selon le principe du « Too Big To Fail », l’entreprise aurait pu être placée sous le Chapitre 11, mais le gouvernement américain ne l’a pas sauvée pour autant.

Certains évoquent la volonté de l’État américain de faire « un exemple », pour d’autres c’est une vengeance du secrétaire du trésor des États Unis, Paulson contre son ancien concurrent et dirigeant de Lehman Brothers : Richard Fuld. Alors que l’État agit sur d’autres banques elle laisse Lehman Brothers devenir la plus grosse faillite d’entreprise de l’histoire économique, qui entraîna une crise mondiale sans précédent.

Vous l’avez remarqué, dans ce top 5 des plus grosses faillites d’entreprises toutes sont américaines. Ce constat est marquant et montre à quel point ce sont les entreprises américaines qui furent les plus grands empires économiques au monde.

Cet article vous a plu ? Retrouvez également notre liste des procès américains les plus médiatisés et nos conseils pour développer votre créativité.

Comments are closed.